La pêche facile

Pour seulement 95€,
achetez en ligne la carte de pêche interfédérale de l’EHGO !

flÈche bleu C´est par ici

Nos actualités

flèche bleuToutes les actus

Auvergne

Le département de l’Allier (03) constitue l’un des 4 départements de la région Auvergne.
Il correspond sensiblement au territoire de l’ancien Bourbonnais. Au cœur de la France, on trouve une sorte de Far West aux espaces de plateaux et de montagnes qui court à l’infini sous la houle des nuages. C’est une île verte suspendue en plein ciel, modelée par le volcanisme et les glaciations, creusée de gorges profondes et sauvages. Ce pays de l’horizon, cette terre du bout du monde n’est pourtant qu’à 5 h de Paris ou de Montpellier par la route.

La Marche près de l’Auvergne occupe une vaste partie du Massif central, véritable « château d’eau » de la France, au potentiel halieutique inestimable. Chaque pêcheur, selon ses préférences, trouvera de quoi satisfaire sa passion dans ce pays qui révèle des contrastes étonnants.

La douceur du Bourbonnais, patrie de René Fallet, pêcheur et écrivain célèbre, qui a tant aimé ces rivières tranquilles serpentant à travers le bocage et qui vouait un culte sans partage à la Besbre….C’est tout près d’ici, ne l’oublions pas, que prend naissance le plus grand fleuve de France dont le principal affluent, l’Allier, est encore fréquenté par le « roi » saumon qui suscite tant de passions.

Les fameux saumoniers de notre temps, Lucien Bonnenfant et le regretté Charles de Vazeilles, pour ne citer que ceux-là, sont les enfants de cette belle région au chevelu hydrographique, qui décline son camaïeu de bleu en un réseau dense de rivières, de ruisseaux et de cascades.

Bourgogne

Bourgogne : un nom qui chante… aux oreilles des oenophiles, des historiens ou des archéologues. Certes, c’est cela la Bourgogne. Mais ne dit-on pas, à juste raison, que c’est aussi le château d’eau de la France, car de cette terre bénie partent moult rivières qui rejoindront la Manche, l’Atlantique, ou la Méditerranée. Et ne voir dans la Bourgogne qu’une concentration exceptionnelle de grands crus serait une erreur. La Bourgogne, c’est également de l’eau, et beaucoup d’eau. N’est-elle pas sillonnée par la Loire, la Seine, la Saône, la Nièvre, le Loing, l’Yonne, l’Armançon, le Doubs, la Seille, pour ne citer que les plus connus ?

Une telle richesse hydrographique s’accompagne d’un formidable potentiel halieutique. Remarques qu’ont su faire bon nombre de visiteurs étrangers… et dont la conséquence directe est une prolifération inquiétante des parcours privés. Outre le réseau hydrographique, la Bourgogne recèle également des lacs, des étangs et des canaux entre lesquels l’amateur de nature aura bien du mal à faire son choix. Et le pêcheur sera bien embarrassé : où tremper sa ligne ? Où lancer sa soie, sa cuiller ou sa monture ? Où, où ? Et si, de plus il est amateur de vieilles pierres, de culture, ou simplement curieux de belles choses, le choix tournera vraisemblablement au dilemme. Il y a tant à voir, tant et tant à visiter, à goûter, à déguster et à apprécier que le pêcheur touristique ne pourra oublier cette région si typée, si riche et si attachante.

Bretagne

La Bretagne est connue pour être une terre de contrastes : tout à tour, on l’appelle ” terre des légendes “, ” terre de granit “, ” pays de la mer “, ” pays des bois “.

Mais la Bretagne, c’est d’abord le site maritime, les paysages calmes et pittoresques, les landes où le rose clair des bruyères se mêle au jaune d’or des genêts et des ajoncs. Et, pour le pêcheur, cette région présente le double avantage d’être surtout, et avant tout, une terre de rivières mais également un pays très touristique situé en bord de mer. Cette double caractéristique permet de conjuguer presque idéalement la passion de la pêche et les vacances familiales.

La Bretagne est dotée d’un réseau hydrographique d’une densité exceptionnelle. Certains cours d’eau hébergent chaque année, à l’époque des amours, de nombreux saumons en phase de montaison vers leurs frayères, qui voisinent avec quelques truites de mer. Les truites farios restent très présentes dans les petits cours d’eau côtiers, où les courants sont vifs mais rarement torrentueux. Les eaux de ces rivières ont fait battre pendant des années de nombreux moulins, dont les ruines constituent des zones très favorables au développement de la truite. A ces cours d’eau de 1er catégorie, il faut ajouter les eaux de 2ème catégorie composées de rivières, de canaux et d’étangs très poissonneux.

La France offre aux passionnés de pêche d’étonnantes possibilités d’exercer leur loisir dans les meilleures conditions. De nombreuses régions sont en effet très propices à la pêche, mais il semble bien que la Bretagne se classe dans les tous premiers rangs. En offrant à la fois qualité et diversité, elle apparaît comme un véritable paradis pour le pêcheur éclectique.

Centre

La région Centre est constituée d’une mosaïque de pays très contrastée. Son unité hydrographique provient d’un bassin globalement orienté vers la Loire (seul le nord-est de la région y échappe) et de dénivelés très faibles. D’où cet air de famille des cours d’eau de la région : un profit paresseux de rivières de plaine, propices à la pêche au coup des poissons blancs et à la traque des carnassiers, sandre en tête ; sans oublier le silure, maintenant implanté partout.

Les rivières à truites, rares mais toujours très sauvages, sont concentrées dans le sud et l’est du Berry et aux abords du Perche. Quant à la Loire, elle mérite à elle seule le détour. Dans un entrelacs d’îles, de grèves et de bras morts dont la physionomie évolue sans cesse, le fleuve royal étale en région Centre toute sa puissance… et ses caprices.

S’adapter aux modifications imprévisibles du paysage et du débit exige de la part du pêcheur ligérien une certaine philosophie. A la clé : 35 espèces de poisson et le décor somptueux du dernier fleuve sauvage d’Europe. Mais pour combien de temps encore.

Franche-Comté

De tout temps, la diversité du réseau hydrographique franc-comtois a intéressé les pêcheurs.

Cette diversité que l’on retrouve dans les espèces de poissons présentes dans ces eaux, mais aussi dans les différentes techniques de pêche nécessaires, rendent la pêche possible toute l’année.

La saison où l’on a le plus de chance de pouvoir pêcher un maximum d’espèces différentes est incontestablement le printemps. En particulier le mois de juin, qui offre, en outre, la possibilité de pêcher deux espèces justifiant, à elles seules, un détour en Franche-Comté : le corégone et l’ombre commun. Mais d’une manière générale, de mai à octobre, la saison de pêche en Franche-Comté bat son plein.

Île-de-France

Venez pêcher sur les berges de la Seine de la Marne et des canaux; vous pratiquerez au pied des monuments historiques les plus prestigieux dans des lieux souvent épargnés de la circulation.

Pour les départements de la petite couronne bien que très urbanisés, il reste néammoins de grands espaces verts avec de nombreux plans d’eau qui permettent à la population de la région de se détendre en pratiquant leur sport favori.

Le Val d’Oise se situe à une trentaine de kilomètre au nord de Paris. Le département est une véritable terre d’accueil pour les pêcheurs chevronnés mais aussi pour les amateurs de nature en famille.

S’il est une région dont les richesses sont innombrables, c’est bien la région Ile-de-France. Non seulement il faut y venir pour pêcher, visiter, voir, essayer et goûter, il faut également y revenir et, y revenir encore tant il y a à faire ! Des monuments historiques aux soirées parisiennes, les activités susceptibles de vous intéresser sont des plus variées. Avant de partir, pensez à savourez une soupe à l’oignon!

Basse-Normandie

Renommée pour ses paysages verdoyants, son cidre, ses fromages et ses chevaux, la Normandie possède un atout que beaucoup lui envient : sa richesse halieutique.

Du pays de Caux, au nord, jusqu’à la presqu’île du Cotentin à l’ouest, cette région possède toute une variété de types de sols et de reliefs qui contribue à la diversité de son réseau hydrographique, où toutes les espèces de poissons de l’Hexagone sont bien représentées.

Actuellement, la Normandie est sans aucun doute une des meilleures destinations pour la pêche des poissons migrateurs. A l’extrême ouest, le département de la Manche possède une de nos plus belles rivières à saumons, la Sée (la Sélune et la Sienne arrivent également en bonne position). Quant à la truite de mer, le département du Calvados possède, c’est sûr, la meilleure rivière de France pour la capture de ce migrateur ; vient ensuite la Bresle en Seine-Maritime. Pour ce qui est de dame fario, la totalité de cette région lui offre un biotope idéal et elle atteint ici les plus forts taux de croissance. Les fameux chalk-streams normands ont de tout temps fait rêver les moucheurs de France et de Navarre. Autre salmonidé : l’ombre. Le département de l’Orne est le seul dans tout l’Ouest à posséder deux rivières, la Corbionne et l’Huisne, contenant ce merveilleux poisson.

Cette dernière en abrite une population très intéressante tant en 1er qu’en 2ème catégorie. Pour ce qui est des carnassiers, brochets, sandres et perches, ils sont présents un peu partout. Quant aux cyprinidés, carpes et poissons blancs, leur population mérite un détour pour les amateurs de pêche à l’anglaise et les inconditionnels des bip-bip.

Haute-Normandie

Pays de Loire

C’est bien connu : les pêcheurs ont l’habitude de garder jalousement leurs coins de pêche et il est souvent difficile de découvrir les meilleurs parcours.

S’il est une région dont les richesses sont innombrables, c’est bien la région Pays de Loire. Non seulement il faut y venir pour pêcher, visiter, voir, essayer et goûter, il faut également y revenir et, y revenir encore tant il y a à faire ! Des monuments historiques aux soirées parisiennes, les activités susceptibles de vous intéresser sont des plus variées. Avant de partir, pensez à savourez une soupe à l’oignon !

La région des Pays de Loire compte cinq départements : Maine et Loire, Mayenne, Sarthe, Loire –Atlantique et Vendée.

Ces deux derniers totalisent 450 km de côtes ou alternent stations balnéaires, ports de pêche, îles et presqu’îles, marais salants… A l’image de La Baule, les Sables d’Olonne et Pornichet et St-Gilles-Croix-de-Vie, l’île d’Yeu et l’île de Noirmoutier et enfin Guérande !

La région propose aussi plus de 400 kilomètres de voies navigables sur la Loire, l’Erdre, la Mayenne, le Maine, la Sarthe et les canaux de Nantes à Brest et de la Martinière.

Partout, des châteaux de tous âges comme une frise chronologique : ceux de Tiffauges, de Talmont-Saint-Hilaire et de Machecoul ou bien le château des Ducs de Bretagne à Nantes, celui de Clisson et de Chateaubriant…

La douce lumière qui baigne tous ces trésors accompagneront images et souvenirs des Pays de Loire.

Poitou-Charentes

Le Poitou (en poitevin Poetou) était une province française, comprenant les actuels départements de laVendée, Deux-Sèvres et de la Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l’ancien golfe du Poitou, sur la côte occidentale de la France, juste au nord de La Rochelle.

Le Marais Poitevin

80% des marais mouillés, irrigués par la Sèvre Niortaire, est accessible en bateau, ce qui renforce les qualités de réserves naturelles de ce site. Poissons : brochets, black-bass, poissons blancs.

Pescalis

Premier centre nature et pêche, unique en France. Une centaine d’hectares d’étangs spécialisés, pêche au gros, carnassiers, au coup, pêche Quiver. Poissons : carpes, brochets, sandres, truites…

Rivières et cours d’eau

Affluents de la Sèvre Niortaise et de l’Autize (1re catégorie), le bassin de la Belle, la Béronne et la Boutonne, le Thouet à Thouars (2e catégorie), les vallées et rivières : Rivières sans retour.

Les Deux-Sèvres, c’est mieux que la vallée du Nil. Sources, moulins, ruisseaux et fleuves : toute l’eau du Grand Ouest ou presque jaillit ici.

Les plans d’eau : Nagez entre deux Sèvres

Un déjeuner sur l’herbe ou un dimanche à la campagne ? Faites votre propre programme en profitant des nombreux plans d’eau des Deux-Sèvres. Plutôt qu’une toile, faites-vous une nappe et dépliez-la au bord de l’eau. Venez pêcher par gourmandise…

La Charente que François 1er qualifiait de “plus beau du royaume”, abrite, compte tenu de sa profondeur (de 4 à 7 mètres), de magnifiques spécimens.

Chaque année, au printemps et à l’automne, des brochets et des sandres de belle taille y sont capturés.

Paradis de la carpe, axe de migration de l’alose et de l’anguille, facilement accessible, la Charente est un haut lieu de la pêche du département de la Charente-Maritime.

Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes dispose d’un réseau hydrographique d’une densité exceptionnelle, offrant des potentialités halieutiques d’une rare diversité. On compte près de 45 000 hectares d’étendues d’eau abritant 43 des 49 espèces piscicoles françaises d’eau douce.

La bonne oxygénation des rivières est favorable aux truites fario et aux ombres communs, les fleuves sont riches en poissons blancs, silures, brochets, sandres… Carpes et gardons sont également bien représentés dans toute la région.

Venez vivre vos rêves de pêche ! Rhône Alpes vous invite à découvrir en compagnie de ses meilleurs ambassadeurs, les membres du Club Rhône Alpes Pêche, ses plus beaux espaces sauvages d’eau douce : lacs aux mille couleurs, torrents impétueux, rivières limpides… et son exceptionnelle richesse piscicole ( truite fario, omble chevalier, cristivomer, sandre, brochet, corégone…).

Adepte de la pêche aux carnassiers, inconditionnel de la mouche ou encore touriste pêcheur, que vous soyez seul ou accompagné par votre famille, venez vivre vos rêves de pêche en Rhône Alpes. Des professionnels passionnés, regroupés autour d’un label qualité : hôteliers – restaurateurs, gestionnaires de terrain de campings ou de réservoirs de pêche, guide-moniteurs de pêche diplômés vous offrent des services spécifiques, un accueil chaleureux ainsi que des conseils techniques enrichissants.

Pêche, sports, gastronomie, nature sauvage…autant d’atouts touristiques pour réussir votre séjour en Rhône-Alpes.